2014
- Groupe Scolaire 16 Classes, Ursy – Suisse


Maître d'ouvrageCommune d'Ursy - Vaud (CH)
Maîtrise d'oeuvreCOMBAS Mandataire
Surface5 680m2

Concours pour la construction d’une nouvelle école primaire à Ursy – ellipse

En arrivant sur le site, on est marqué par la ligne d’horizon du plateau vau- dois. Ici le ciel et les collines ne font plus qu’un dans le lointain : un flou précis réunit l’un et l’autre, à la manière d’une toile de Gerard Richter.

La parcelle proposée pour l’implantation de la nouvelle école nous a d’abord semblé éloignée du centre bourg : pourquoi vouloir mettre une école en contre bas du village, loin derrière la halle de sport ? C’est en montant sur le parvis de l’église que nous avons découvert une manière logique et naturelle d’implanter le nouveau bâtiment.

En face de nous se dégage un tracé clair vers le nouvel équipement. Le bâti mais aussi le parcellaire suivent cette orientation, presque parallèle aux courbes de niveaux. En contrebas, l’ancien parking de la mairie est réamé- nagé pour accueillir une dépose des bus sur le parvis réhabilité du futur accueil péri scolaire. De là, un chemin piéton conduit les enfants vers les champs, l’horizon et le lointain.

Deux fois par jour, les enfants utiliseront la promenade qui borde le terrain de sport pour se rendre à l’accueil périscolaire, ou à la cantine. Cet axe Est/Ouest est affirmé et prolongé jusqu’à l’ancienne école ; l’ancien parking bordant le stade a également été réorganisé pour faciliter la dépose minute des enfants par leurs parents.

À l’angle du Gymnase, le préau d’entrée de l’école se dévoile et la construc- tion se fait plus accueillante. Dans cette partie de la parcelle, la prairie a été préservée et complète la cour de l’école, qui se résume à une simple esplanade glissant vers la construction, accueillant au passage l’aire de jeu. Au fond du préau, une large porte en bois s’ouvre sur un sas donnant l’ac- cès au niveau intermédiaire. Directement sur notre droite, l’administration de l’école surveille par une baie vitrée les allées et venues des enfants dans la cour. A l’intérieur, une large circulation éclairée à contre jour dessert 5 classes primaires et 4 salles d’ateliers, qui s’organisent sur la périphérie de la construction.

 

L’image du grand panorama imprègne les lieux, et l’envie de pénétrer l’une des salles se précise pour en découvrir l’intérieur. En poussant la porte une toute autre atmosphère se manifeste : le béton brut de la circulation cède la place à un écrin de bois transcendé par un grand bandeau vitré, projetant la salle vers l’horizon.

L’intérieur en bois sombre, couleur miel tranche avec l’extérieur blanchi par le soleil perçant la fine brume nappant le ciel; on se sent installé de manière confortable dans cette classe, on y est bien.

En regagnant la circulation, on découvre un volume courbe lui aussi tout revêtu de bois ; le long de sa courbure trois larges escaliers s’enroulent avec douceur. Ils rappellent l’emmarchement classique d’un opéra, ou d’un théâtre, un lieu ou l’on veut prendre le temps de monter avant d’assister au spectacle. Happé par ces parcours, on monte irrésistiblement pour découvrir ce que cache l’étage.

Suivant la courbe de l’escalier on s’aperçoit que la forme qui habite le centre de l’école est une ellipse. En son sommet une faille de lumière jaillit et éclaire discrètement l’escalier et la circulation. L’atmosphère est sensible- ment différente du 1° étage : de chaque côté de la circulation, deux patios ouverts sur le ciel cadrent un fragment de ce grand paysage. La lumière qui tombe devant nous annule l’effet de contre jour et nous projette tantôt sur la campagne et sa ligne d’horizon, tantôt sur le bourg et sa silhouette découpée dans la forêt sombre qui le domine.

À ce niveau, 10 salles de classes primaires s’enroulent autour du vide, par- fois entre deux classes, un noyau technique est logé : on y trouve les sa- nitaires, des salles d’appuis, l’ascenseur, le local d’entretien, mais aussi les locaux techniques.

Intrigué par ce volume elliptique qui habite le centre de l’école, on regagne le rez-de-chaussée pour voir ce qu’il abrite en son sein. Arrivé en bas, le volume de bois se tient comme suspendu au dessus du sol. Une paroi vitrée protège une myriade de ballons, de jouets d’éveil et de tapis en mousse. La lumière qui tombe du ciel rejaillit dans la circulation qui l’entoure.

Par la présence des jouets et des objets plus nombreux qui habitent les lieux on comprend vite que nous sommes ici à l’étage des classes infantiles, et que ce volume elliptique abrite la salle de rythmique. La lumière diffuse qui tombe du ciel, réfléchie par la légère brillance des panneaux en aluminium dépoli qui habille l’intérieur, confère un flou précis à la lumière filtrée par une grande grille en bois qui semble filer vers l’infini.

Marqué par ce lieu, on peut regagner enfin l’extérieur de l’école par un préau qui s’avance vers l’intérieur de l’école infantile. Ouvert de plein pied vers le sud avec sa cour dans le prolongement, il offre un univers plus calme et ras- surant, plus proche du sol pour les petits enfants qui ainsi ne se mélangent pas avec le chahut des ainés de l’école primaire située au-dessus.

En regardant le bâtiment qui s’offre à nous, on retrouve une façade rythmée par de grandes lignes horizontales posées sur des colonnes pleines tenues en retrait. La structure en béton évoque la robustesse et la stabilité dans le temps de la construction. Les larges ouvertures rayonnent sur ses quatre côtés, tantôt pour offrir des vues, accueillir, ou protéger.

 

RÉALISATIONS EN COURS CONCOURS PROJETS URBAINS