2011
- Europan 11 De l’ilot à la brique


Date2011

De l’îlot à la brique : La brique génère l’ordonnancement de l’architecture La brique est à Toulouse ce que le marbre est à Carrare, ou le bois au Voralberg – une ressource locale adaptée aux contraintes et enjeux du site, elle s’ancre donc dans un contexte socio-économique basé sur un « savoir-faire » local. Ses limites mécaniques ont depuis longtemps défini une hauteur type des bâtiments, qui par extension régule la dimension des rues, et des îlots, tout en créant une tectonique propre à l’architecture Toulousaine.

Ce sont ces éléments qui nous ont guidé au moment de penser le nouveau quartier. De plus, renouveler la ville sur elle-même doit permettre d’ouvrir de nouvelles liaisons entre quartiers, mais il est également nécessaire de trouver une hiérarchie de voie et d’espace public, afin que le résident se sente chez lui, et non forcément dans un quartier traversant.

Les rues percées reconstituent le maillage traditionnel est-ouest qui ceinture la ville historique. Un nouveau mail piéton est installé sur l’axe Nord-Sud, celui-ci est scandé par des espaces publics, des berges jusqu’à l’ancienne halle reconvertie en pôle culturel au nord (cinéma, salle de concert).

L’enjeu du quartier du raisin est double : offrir des appartements plus grands que les typologies traditionnelles, avec des espaces extérieurs, et proposer des services d’auto-partage gérés par la copropriété.

L’emprise libérée par la voiture peut ainsi être affecté à plus d’espace public, de square, ou de promenade qualifiée. Ensuite, fort du constat que les garages sont souvent détournés par les habitants pour stocker et entreposer des affaires en tout genre, il convient de réinventer des surfaces dans la cellule de logements, qui pourront être détournés à l’envie par leurs occupants.

Ensuite, chaque logement dispose d’une loggia ainsi que des persiennes doublées d’une menuiserie permettant à l’envie d’intégrer cet espace à l’intérieur ou à l’extérieur du logement. Une large baie vitrée ouvre le séjour sur cet espace extérieur, agrandissant au quotidien la pièce à vivre. Dans l’épaisseur du mur mitoyen se loge un espace servant, structuré et organisé, qui anticipe les usages et besoins des habitants : rangement à vélo, rangement extérieur, barbecue, lave-linge, étendoir….

Enfin, dans l’opération du Raisin, le matériau de construction provient des quelques 100 000 m3 de terre excavée. Il devra être employé à l’envie par les architectes de chaque opération qualifiant ainsi l’ensemble du quartier autour d’une idée commune plus forte que le simple alignement de gabarit : l’unité dans le matériau.


RÉALISATIONS EN COURS CONCOURS PROJETS URBAINS